Nuisances

RISQUE DE PASSAGE D’AVIONS A BASSE ALTITUDE SUR SAVIGNY CES PROCHAINES SEMAINES

Vous trouverez en pièce jointe le communiqué que la Maison de l’Environnement et du Développement Durable d’Orly vient de nous transmettre. Lorsque la piste 2 est utilisée, les avions, au décollage comme à l’atterrissage, passent à très basse altitude au dessus des maisons de Savigny. Même si cette piste ne sera utilisée qu’en cas d’urgence ou lorsque l’orientation du vent posera des problèmes de sécurité, il faut s’attendre à des nuisances sonores importantes au cours de 4 prochaines semaines. Comme cela fut toujours le cas, Élan-Savigny Environnent restera vigilant face à ces nuisances sonores et sera prêt à intervenir si nécessaire. Bien cordialement, le Président

Signature pétition contre nuisances sonores avant le 25/04/2022

Lien pétition : https://www.europarl.europa.eu/petitions/fr/home

Le Conseil d’Etat donne raison aux associations :

La DTA (Direction du Transport Aérien) ne peut pas être l’autorité compétente
indépendante pour la gestion du bruit autour des grands aéroports !

Point sur les avions par l’Association DRAPO (extrait du CR de l’AG)

le PPBE d’Orly
• Phase intermédiaire entre la CCE d’Orly de janvier 2021 et celle du 25 janvier 2022. À l’issue de la CCE de 2021 le préfet alors en poste avait décidé de ne pas mettre au vote le projet PPBE alors présenté et avait instamment demandé aux parties de se réunir souvent pour rapprocher les points de vue. Le comité permanent (six élus et six associatifs élus par vote des membres de ce comité) a réclamé plusieurs fois la
tenue de ces réunions. La première a été obtenue le 8 juillet avec des avancées (suppression de l’extension du PEB envisagée, engagement de la DGAC à se mettre rapidement à l’élaboration du PPBE suivant, soit celui de 2023-2028 (pour une fois dans les temps) et à baisser le bruit de 6 dB dans la tranche horaire 22h-23h30. Le comité permanent a constaté qu’il n’y avait là rien de concret pour le PPBE en cours de discussion soit celui de 2018-2023. Ce même comité permanent a obtenu une deuxième réunion le 30 novembre, après réalisation de la consultation publique (5900 réponses) dont la sous-préfète de l’Hay-les-Roses a décidé de ne tenir aucun compte et de plus à préciser que le projet de PPBE ne serait plus désormais modifié !!
• La CCE du 25 janvier 2022 atteint le summum de ce que nous avions pu connaître depuis près de 20 ans pour un certain nombre d’entre nous. L’organisation a été elle-même catastrophique pour des raisons de connexion (réunion tenue en visioconférence) : 42 votants sur 60 potentiellement ont pu s’exprimer. Le
déroulement dont les points marquants étaient le vote des cartes stratégiques de bruit puis du PPBE lui-même ont donné le résultat suivant : 31 contre et 11 pour, résultat pourtant très clair. Madame la préfète du Val-de-Marne, présidente de la CCE a décidé de n’en tenir aucun compte utilisant le fait que la CCE est une commission consultative. Les 150 000 personnes qui subissent des bruits supérieurs à 55 dB en perdant plus de 30 mois de vie en bonne santé devront donc attendre encore cinq ans. Totalement inadmissible.

Actions DRAPO 2022
Les actions 2022 doivent donc s’inscrire dans le cadre de la charte de l’environnement d’Orly signée par chacun des membres du conseil d’administration en répondant à la situation constatée. Nous ne rappellerons pas ici les actions déjà engagées les années précédentes sauf lorsqu’elles sont largement modifiées en 2022. Elles résultent des propositions examinées lors des récentes visioconférences, celle du collège des Elus de la République et celle du collège des associations et groupements d’associations.
• L’échec de la CCE d’Orly du 25 janvier 2022 nécessite que le comité permanent
obtienne des rendez-vous pour parler concrètement des engagements de la DGAC donc de l’État
• Le PPBE adopté le 25 janvier 2022 acte du fait qu’aucune solution pour résoudre les problèmes sanitaires liés au survol aérien n’a été trouvée. Il y a donc lieu d’entamer la démarche dite « d’approche équilibrée » qui consiste à proposer des mesures de restriction permettant de résoudre ou du moins de commencer à résoudre ses problèmes sanitaires. Le document d’approche équilibrée contient trois premiers piliers qui sont ceux du PPBE et la liste des mesures de restriction en forme le
quatrième pilier. Ce document partira ensuite vers l’Europe pour validation puis reviendra vers l’État pour mise en œuvre, du moins il nous faudra alors l’exiger.
• Les actions juridiques en cours seront poursuivies
• Si le bruit lié à l’aérien est parfaitement documenté, y compris par l’État avec les cartes stratégiques de bruit, il n’en est pas de même pour la pollution locale engendrée. Nous reprendrons donc des campagnes de mesures du monoxyde de carbone (NO) commencées avant le COVID complété par une campagne de mesures et Particules Ultra-Fines (PUF) dans le cadre d’une action décidée par L’UFCNA avec l’aide technique et matérielle une O.N.G. amie.
• Il a été ensuite décidé d’agir au niveau des élections présidentielles puis législatives en interrogeant l’ensemble des candidats (pour les législatives les candidats du Sud francilien) par le biais d’un document basé sur la consultation publique avec les adaptations nécessaires. Vous aurez à valider des documents finalisés dans les prochains jours dont celui relatif aux présidentielles.
• À la demande de beaucoup d’entre vous, nous organiserons juste avant les vacances scolaires de la Toussaint, une grande manifestation sur Orly (car aucune visibilité
médiatique plus tôt avec les élections, l’Ukraine, les vacances d’été). Des décisions de date seront prises par le bureau dans les prochains jours. Nous solliciterons dans ce cadre les 254 communes du sud francilien survolées à moins de 3000m. Nous vous enverrons, un tout petit peu avant la rentrée de septembre les éléments d’information pour mobiliser des populations dans le cadre des fêtes dites de
l’environnement, forum d’associations, forum de l’environnement … qui se tiennent généralement tout début septembre dans nombre de communes. Cette démonstration de force doit permettre de contraindre l’État un changement de position.
• Il faudra également poursuivre et intensifier les travaux commencés sur la mesure du bruit pour ajouter au modèle actuel basé sur des moyennes, une mesure événementielle de celui-ci.
• Enfin à la demande de la commune de Marolles sur l’élargissement du PGS pour cette commune, il est proposé de mener collectivement cette démarche pour les communes de Crosne, Yerres, Villecresnes, Marolles, Santeny, Servon, Lésigny. Nous proposerons rapidement une première réunion d’un groupe de travail pour bien définir la nature du projet et la méthode pour parvenir à un résultat.

Avis d’Elan-SE sur le PPBE

La 5G